Mon Blog / Mes Liens / Mes bouts de code

Le blog de nemocorp

Pensées, pas toujours subtiles, et autres fadaises...

La vérité sur l'affaire Harry Québert

icon 06/07/2015

Je ne vous parlerai pas de l'histoire, si un peu, juste pour vous allécher et encore, je le ferai beaucoup moins bien que n'importe quel éditeur en quatrième de couverture. Donc de quoi s'agit-il de qu'il retourne-t'il?

Marcus Goldman est un écrivain à un succès après un premier roman qui l'a propulsé au panthéon des auteurs bankables. Donc contrat juteux pour sortir un deuxième roman, et là, c'est le drame. Panne d'inspiration, angoisse de la page blanche, trop de pression. Marcus fait du surplace et la date fatidique pour rendre le manuscrit tant attendu par sa maison d'édition arrive à grand pas. Alors Marcus retourne chez son mentor, Harry Québert. Mais ce dernier se trouve très vite impliqué dans une sordide histoire de meurtre qui s'est déroulé trente ans plus tôt.

Ça fait grave pas envie, hein? Et c'est normal. J'aurai lu ce pitch, j'aurai passé mon chemin. Pourtant, j'ai pris énormément de plaisir à lire ce roman avec une mention toute particulière pour la galerie de personnages secondaires phénoménale. Et, cerise sur le gâteau, on ne s'y perd jamais. Chacun est à sa place, avec ses travers et ses petits secrets.

On avance dans le livre de rebondissement en rebondissement (too much diront certains, moi ça ne m'a pas dérangé). L'écriture est fluide, les nombreuses coquilles présentes dans le livre (pour moi, elles sont volontaires) accentue l'impression que l'on est en présence d'un romain américain mal traduit et nous plonge un peu plus dans la petite ville d'Aurora dans le New Hampshire.

Trente ans sépare les deux affaires. Le livre est une succession incessante de flash-back qui ne font qu'accentuer la sensation d'une Amérique enlisée, stagnante. Trente années et rien n'a changé. Mêmes personnages, mêmes lieux, mêmes aspirations... L'exercice est difficile, et Joël Dicker parvient avec brio à nous emmener là où il le souhaite sans jamais nous égarer.

J'ai adoré, je le relirai vraissemblablement un jour... En tout cas, qu'on aime ou pas il ne vous laissera pas indifférent.

icon 

Aucun commentaire

icon Flux RSS des commentaires de cet article